Conseils pour le chauffage au bois

L’affouage est la portion de bois vendu par la commune aux affouagistes. L’affouagiste abat les arbres, tronçonne le bois pour faire des bûches de bois de chauffage.

De nombreuses communes de France possèdent des forêts communales. Parfois très étendues, ces forêts publiques constituent un revenu appréciable pour les communes rurales.
La municipalité, en accord avec un plan pluri-annuel d’exploitation de ses ressources forestières, propose chaque année un lot de bois d’oeuvre, destiné aux scieries, et un lot de bois d’affouage, destiné au bois de chauffage.

Le bois d’oeuvre est constitué des plus belles grumes : la partie longue et droite du tronc de l’arbre. L’arbre est en général abattu par un bûcheron professionnel, puis extrait du bois par une entreprise équipée du matériel de débardage adapté. La grume est généralement amenée en bord de chemin, puis emmenée par camion jusqu’à une scierie, qui façonnera la grume pour en tirer planches, poutres, carrelets, tasseaux…
Le houppier, constitué de la tête de l’arbre et des branchages, forme le bois d’affouage. C’est cette partie qui est destinée à alimenter le chauffage à bois du particulier.

Estimé en stères ou cordes selon la région, cet affouage est vendu aux affouagistes, généralement des habitants de la commune, qui vont pouvoir façonner le bois en pile de morceaux d’un mètre de long.
Ce bois de chauffage (ou « bois de feu » comme on dit en Suisse) représente un combustible très bon marché, mais nécessite un travail considérable avant de se transformer en une jolie flambée dans la cheminée ou le poêle à bois de la maison.

L’affouage peut également être constitué d’arbres conséquents mais sans valeur marchande pour le bois d’oeuvre : troncs déformés ou trop noueux, arbre abîmé, essences de peu de valeur pour la construction ou l’ébénisterie.

L’affouage est généralement une affaire de famille. La commune édite un règlement d’affouage qui précise que ce travail ne peut être réalisé que par l’affouagiste lui-même ou bien par un professionnel qualifié, déclaré et assuré. La protection de l’affouagiste amateur est généralement réalisé via la souscription d’une assurance adaptée qui couvrira ses éventuels sinistres.

Réaliser son affouage est une opération très sympathique, mais nécessite beaucoup de temps, de matériel et de méthode. Les plus pressés préfèreront acheter leur bois de chauffage directement auprès d’un professionnel qui leur livrera du bois de chauffage prêt à l’emploi.

Les étapes pour effectuer l’affouage sont les suivantes :

Se déclarer auprès de sa commune rurale pour réserver une portion de bois de chauffage
Participer à la vente de l’affouage. Généralement les communes répartissent les lots par un tirage au sort. Il vous sera demandé d’être présent, et le règlement est en général « au comptant ». Finances publiques obligent, le règlement n’est généralement possible que par chèque, les petites communes ne pouvant pas accepter les espèces. Les prix, au stère ou à la corde sont très variables.
Accepter en totalité le règlement d’affouage, qui vous est remis au moment de la vente
Et ne pas oublier de collecter les plans communaux ou numéros d’arbres qui vous permettront de trouver votre portion dans la forêt…
L’affouage est en général attribué en hiver. Les travaux peuvent commencer à différentes périodes, mais de toute évidence on privilégiera les périodes où les arbres ont cessé leur montée de sève ; le bois de chauffage fusera moins, séchera mieux et le travail en forêt est plus aisé lorsque les feuilles n’ont pas encore poussé.
Il est imposé en général une date limite pour l’abattage des arbres et le façonnage des piles. Les travaux forestiers, bruyants et non dénués de dangerosité, entraîne une gène pour les autres usagers de la forêt : gibiers, oiseaux, chasseurs et promeneurs ont droit au silence des tronçonneuses une partie de l’année !

L’affouage nécessite un équipement assez conséquent
Faire sécher son bois de chauffage